Quels domaines de premier niveau ont une adresse IP ?

25 février 2020 - Par Stéphane Bortzmeyer


Est-ce que l'hyperlien http://dk/ marche ? Oui. Comment ? Parce que .dk (Danemark) fait partie des rares domaines de premier niveau à avoir une adresse IP.

Comme vous pouvez le voir avec des clients DNS comme dig, ou avec des services en ligne comme le DNS Looking Glass, le domaine de premier niveau .dk (Danemark) a en effet une adresse IP. C'est à la fois très banal (affecter des adresses IP aux noms est une des utilisations importantes du DNS) et rare car, la plupart du temps, les domaines de premier niveau ne font que de la délégation : ils n'ont pas d'informations propres, ils délèguent des noms de second niveau.

Quels sont les domaines de premier niveau à avoir une adresse IP ? 

  • .ai (Anguilla)
  • .bh (Bahreïn)
  • .cm (Cameroun)
  • .dk (Danemark, déjà cité)
  • .gg (Guernesey)
  • .je (Jersey)
  • .pn (Pitcairn)
  • .tk (Tokelau)
  • .uz (Ouzbékistan)
  • .va (Vatican)
  • .ws (Samoa)
  • .мон (Mongolie)

On notera qu'aucun des domaines de premier niveau gérés via l'ICANN n'apparait dans cette liste. En effet, l'ICANN interdit de mettre une adresse IP à l'apex (le sommet d'une zone DNS). Cf. l'« Applicant Guidebook », section 2.2.3.4, « TLD Zone Contents ».

Parmi les domaines de premier niveau de la liste, un seul IDN (nom de domaine en Unicode), la Mongolie. Deux des domaines de la liste, le Danemark et le Vatican ont des adresses IPv6, les autres se contentant de la version d'IP du siècle dernier, IPv4. Le domaine du pape va plus loin : il est le seul à n'avoir que IPv6.

Est-ce que ces domaines peuvent utiliser tous les services qui utilisent des adresses IP ? Hélas non, en raison de diverses limites dans les applications. Par exemple, certains navigateurs Web ont des problèmes avec les URL (les adresses Web) où le nom de domaine ne contient qu'un seul composant. Pour le courrier électronique, c'est encore pire, la plupart des serveurs de messagerie refuseraient des adresses nom@tld, ou bien essaieraient de les compléter avec le nom du domaine local. Avoir une adresse IP sur le TLD (Top-Level Domain, le domaine de premier niveau), est donc amusant mais n'a pas une grande utilité pratique. D'autant plus que, parfois,cette information ne semble pas bien gérée. Ainsi, .cm a bien une adresse mais aucun serveur HTTP ne répond à cette adresse.

Pour les programmeurs, le code qui a servi à cette toute petite étude est disponible en ligne. Il est écrit en Python.

Notez que le programme doit être robuste, et notamment continuer même si certains domaines de premier niveau ne marchent pas. C'est le cas à l'heure actuelle du .ss (Soudan du Sud), en panne complète depuis des jours, notamment par ses signatures DNSSEC expirées. 

 

Read this page in English Haut de page